Le Marchand de Sable : Saison 2 – Gaïa Alexia

SYNOPSIS

Hugo & Cie – 312 pages – 17 € – Paru en 2019

Mane, alias le Marchand de sable, a fait voler en éclats toutes les certitudes de Nola. Passant des rêves à la réalité, l’homme qui hantait ses cauchemars lui a révélé l’existence d’un monde peuplé de dieux aux pouvoirs incroyables. Un monde dans lequel elle aurait été la déesse de la nuit et lui celui de la lune. Un monde où ils se seraient aimés avant qu’elle ne le trahisse…

Alors qu’ils succombent de nouveau et que Mane choisit d’oublier sa haine, il pourrait voir ses espoirs se briser et son coeur avec. Sera-t-il suffisamment fort pour supporter les nouvelles épreuves ou laissera-t-il son âme s’obscurcir davantage ?

Et si derrière l’histoire d’amour de Mane et Nola se cachait des enjeux qui les dépassent ?


MON AVIS

Le prologue nous replonge immédiatement dans cette histoire addictive entre monde réel et mythologie nordique. Mythologie plus exploitée que dans le premier tome et qui se fond parfaitement dans le récit ; les références ne sont pas expliquées comme dans un cours que donnerait Sol à Nola mais la compréhension reste claire pour le néophyte, notamment grâce au petit lexique fourni.

Une suite et fin avec des enjeux différents et qui tient ses promesses. On découvre en Mane un personnage dans toute cette paradoxalité promise du premier tome. Quant à Nola, elle jongle habilement entre quête d’identité et prophétie funeste. Ce récit plein d’action a quelque chose de Magnus Chase (Rick Riordan), la new romance en prime.

Gaïa Alexia manie à merveille l’art du prologue mais ce dont vous ne vous doutiez pas c’est qu’elle est également la reine de l’épilogue ! De quoi finir le roman en beauté !

Le duo piquant EllaKyle si plaisant dans le premier tome nous manque un peu, mais l’histoire ne semble pas terminée pour ces deux personnages plein de potentiel. Il y a comme une envie de spin-off dans l’air ! (Ceci est une demande non déguisée).

Le petit plus : un clin d’œil à Baby Random, autre série de l’auteure, est malignement intégré dans le récit, juste de quoi donner l’eau à la bouche aux futurs lecteurs.


LA CITATION

Cette sensation de n’exister que pour cet instant est propre à ce monde. J’ai le sentiment d’enfin retrouver l’homme à qui j’ai donné mon cœur il y a bien longtemps.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s