The Crime – Marie Rutkoski

SYNOPSIS

Lumen – 540 pages – 15€ – Paru en 2017

Fille du général le plus titré de l’Empire, Kestrel a eu la faiblesse, alors qu’elle réprouve l’esclavage, d’acheter dans une vente aux enchères un jeune homme du nom d’Arin. Pire encore, elle a eu la bêtise de lui permettre de devenir son ami… et de laisser la ville entière s’en émouvoir. Elle n’a compris qu’au dernier moment son erreur, en découvrant l’impensable : espion aux ordres de son peuple oppressé, les Herranis, le jeune homme était là depuis le début pour la trahir, pour renverser le pouvoir.


MON AVIS

Si vous n’aviez pas complétement succombé à The Curse, The Crime vous fera changer d’avis.

Le style toujours fluide et envoutant de Marie Rutkoski est caractérisé par de douces descriptions que ce soit de l’environnement, des personnages ou encore de leurs sentiments. Le tout poétiquement parsemé de métaphores qui créent une ambiance particulière et donnent le rythme de cette écriture onctueuse et structurée à la fois.

L’auteure jongle aussi parfaitement entre le présent et le passé en mettant en avant la vision d’Arin sur certains passages du premier tome et sur des souvenirs plus anciens, révélant au lecteur d’autres facettes du jeune herrani.

Les principaux repères de l’histoire de ces personnages non manichéens volent en éclats. Les évènements se mettent en place doucement laissant aux affrontements verbaux et aux machinations le soin de faire l’action du roman.

Les intrigues politiques, de la cour, et les stratégies de Kestrel se pressent à tombeau ouvert dès les premières pages. Juste ce qu’il faut de complots pour sublimer la romance et lui donner du corps.

Chaque rencontre entre Kestrel et Arin est comme une danse suave et dangereuse mêlée de paris, d’enjeux et de quiproquos. La tension est palpable, le rythme sensuel de ces échanges électrise le lecteur qui retient son souffle. Ce duel serré est une partie constante de Crocs et Venins où chacun avance doucement ses pions. Nos deux protagonistes jouent à la fois l’un contre l’autre, l’un avec l’autre et fatidiquement contre eux-mêmes.


LA CITATION

Kestrel chérissait comme un trésor le souvenir de la berceuse que lui avait chantée Arin. Elle était le miel à laquelle se nourrissait la ruche de son cœur.

Une réflexion sur “The Crime – Marie Rutkoski

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s