La Métamorphose – Franz Kafka

SYNOPSIS

Le Livre de Poche – 192 pages – 2.30 € – Paru en 1989

« Lorsque Gregor Samsa s’éveilla un matin, au sortir de rêves agités, il se trouva dans son lit métamorphosé en un monstrueux insecte. Il reposait sur son dos qui était dur comme une cuirasse, et, en soulevant un peu la tête, il apercevait son ventre bombé, brun, divisé par des arceaux rigides, au sommet duquel la couverture du lit, sur le point de dégringoler tout à fait, ne se maintenait que d’extrême justesse. D’impuissance, ses nombreuses pattes, d’une minceur pitoyable par rapport au volume du reste, papillonnèrent devant ses yeux. « Qu’est-il advenu de moi ? » pensa-t-il. Ce n’était pas un rêve. Sa chambre, une vraie chambre humaine quoiqu’un peu trop petite, était là, paisible entre les quatre murs familiers… »


MON AVIS

Imaginez un conte à l’envers : les sœurs de Cendrillon finissent par épouser le prince et toutes les deux qui plus est ! C’est exactement ce qui arrive à notre pauvre Gregor, déjà frappé de beaucoup de malchance mais qui continuera malgré tout à garder sa bonté cendrillonesque.

Une ambiance sordide, des personnages des plus répugnants, que ce soit physiquement ou psychiquement. La seule lumière du récit vient de la bonté sans limite du fils dévoué transformé en infecte vermine. Une nouvelle fantastiquement réaliste qui s’ouvre sur cette métamorphose qui n’aura de réelle explication car la métamorphose principale n’est peut-être pas la plus évidente aux yeux du lecteur. Les trois âmes vampiriques, traitres et cruelles que représente sa famille, sont à l’origine de cette carapace de coléoptère que se forge malgré lui Gregor. Celui-ci va découvrir leur vrai nature grâce à sa nouvelle condition d’indésirable isolé, enfermé et déconsidéré. Qui sont finalement les vrais parasites dans la vie de Gregor ?

Un terrain très vaste d’interprétations puisque la nouvelle en compte plus de 130 officielles, qu’elles soient métaphoriques, sociétales, psychologiques ou encore freudiennes au grand dam de Nabokov et Kafka lui-même considérant la psychanalyse comme une « erreur sans recours » détruisant l’âme et la beauté de l’art. Un sujet supplémentaire donnant de quoi débattre aux lecteurs qui pourront ici trouver l’interprétation qui les touche le plus.

Dans cette édition, la postface de Nabokov est une jolie surprise de spontanéité et d’impudence à travers son analyse personnelle de l’œuvre en tant que professeur. Il aborde notamment de façon captivante la frontière entre réalité et fantastique, où commence-t-elle et surtout par les yeux de qui.

Un conte moderne poétique sans rimes ni métaphores criantes, dans un espace-temps triptyque à la rythmique hypnotisante.


LA CITATION

Et déjà les deux jeunes filles traversaient l’entrée dans un bruissement de jupes – comment la sœur avait-elle donc fait pour s’habiller si vite ? – et ouvraient la porte de l’appartement à toute volée. On ne l’entendit pas claquer en se refermant ; sans doute l’avaient-elles laissée ouverte, comme cela se produit toujours dans les demeures où vient d’arriver un grand malheur.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s