Le Marchand de Sable : Saison 1 – Gaïa Alexia

SYNOPSIS

Hugo & Cie – 314 pages – 17 € – Paru en 2019
Prix de la meilleure New Romance française 2019

Nola Nott a tellement dû croire à la légende du Marchand de Sable lorsqu’elle était enfant que, des années plus tard, il hante ses cauchemars. Précédé de papillons rouge sang et semant du sable derrière lui, Nola le sent, il n’attend qu’une chose : s’en prendre à elle. Pour l’éviter, elle se plonge dans ses cours jusque tard dans la nuit, notamment dans ceux de mythologie nordique, cette matière qui lui donne tant de fil à retordre. Tant qu’elle est éveillée, tout va bien pour Nola, mais que se passerait-il si rêve et réalité se confondaient et que l’homme de ses cauchemars apparaissait au détour d’une rue ?

Aux heures les plus sombres, se joue une course poursuite digne de la cavalcade de la lune en pleine nuit.


MON AVIS

Entrée en scène pleine de mystères pour notre premier personnage et non des moindres, Mane, qui se trouve dans une situation plutôt délicate… Un prologue réussi qui nous précipite au cœur de l’intrigue. Puis on passe aux premiers chapitres, narrés par Nola, qui comme nous, curieux lecteurs, aimerait en savoir un peu plus sur ce marchand de sable ! Le suspense est au rendez-vous et Gaïa Alexia nous réserve encore des surprises !

Une jolie touche d’humour rythme ce page-turner plein d’originalité dont la construction du récit alterne entre passages rêvés et réalité avec finesse. Le cadre mythologique qui entoure la romance est habilement amené et enrichit l’histoire. Ajoutez à cela une double narration bien menée et le tout donne une vision assez cinématographique du roman.

Les fondements et pluralités de l’intrigue sont soignés, logiques et bien construits. Tout comme les personnages complexes, intéressants voire même torturés, dont on a hâte de mieux connaitre les rouages.

A l’instar de quelques petites conclusions rapides, Gaïa Alexia nous donne au fil de la lecture quelques indices, mais termine le livre à deux doigts de la révélation, un vrai supplice ! De quoi tout de même garder le lecteur accroché sans le laisser totalement sur sa faim. Encore plein de questions qui donnent matière à la suite, mieux vaut avoir le second tome sous la main !


LA CITATION

Tu es à moi, déesse, à personne d’autre. Et ce tant que le temps lui-même existe, tu entends ? La lune et la nuit, depuis toujours.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s