Dystopie, contre-utopie et anti-utopie. Ah c’est la même chose ?

Ca y est, vous êtes accro. Même le pot de Nutella n’arrive pas à rivaliser. C’est à peine si vous dormez. Vous avez dévoré « Hunger Games » et avalé tout cru « Divergente », sans en laisser une miette. Mais quelle est cette drogue puissante présente dans ces 6 gros volumes ? Vous faites appel à l’agent 006 qui vous répond tout simplement « la dystopie cher ami » et ajoute avec un air désolé « il n’y a aucun remède ». Le problème c’est que vous commencez à vous sentir fébrile et légèrement fiévreux : vous êtes en manque ! Que faire ? Une seule solution s’impose à vous : lire. Lire des montagnes de dystopie.

Tout d’abord : quoi que c’est la dystopie ? C’est l’opposition directe à l’utopie, on utilise parfois les termes contre-utopie et anti-utopie. Lorsque vous choisissez un livre dystopique attendez-vous à crouler sous le poids des conséquences néfastes d’une organisation du monde qui se voulait idéale, bénéfique, organisée et donc utopique mais qui n’aura fait que priver nos personnages d’épanouissement, de bonheur et de liberté. Voilà avec plus ou moins de différence ce que vous trouverez dans votre lecture, car le terme reste assez vaste.

Divergente-700x437

Difficile, malgré l’engouement général, de trouver un rayon « Dystopie » dans votre librairie préférée. Le genre est en fait un sous-genre de la Science-fiction, c’est donc là, au milieu de tous ces romans que vous partez en quête du Saint Graal, tel un Indiana Jones des temps modernes. Vous attachez votre cheval à l’entrée, juste à côté du Jack Russel nerveux. Eh oui, « animaux interdits » dans la librairie… Juste au moment de rentrer, vous faites demi-tour : vous alliez oublier votre fouet !

Eugène Zamiatine est considéré comme le père du courant littéraire avec « Nous autres », publié en 1920. XXXème siècle, suite à l’abolition de la liberté, on vit dans des tours de verre pour mieux dénoncer ceux qui ne respecteraient pas les lois qui régissent du réveil au coucher toute activité que pourrait avoir les numéros. L’ingénieur D-503, citoyen modèle de l’Etat Unique dirigé par le Bienfaiteur, va faire la rencontre de la mystérieuse I330 qui va remettre en cause toutes ses idéologies. Vous en prenez un exemplaire et jetez votre dévolu sur les grands classiques de la dystopie.

Tout d’abord « 1984 » de George Orwell, emblème même du genre, directement inspiré de son prédécesseur. Le Bienfaiteur devient Big Brother, la liberté d’expression n’existe plus, le langage est appauvri pour mieux contrôler le peuple et la vidéosurveillance est omniprésente. Winston Smith qui travaille au ministère de la Vérité, ou Miniver en novlangue, est chargé de changer les documents historiques afin de les faire concorder avec les dires du gouvernement.

« Fahrenheit 451 » est la température à laquelle un livre s’enflamme et se consume. Ray Bradbury écrit que les livres étant prohibés, le pompier Montag à pour devoir de tout brûler. Suite à la rencontre de Clarisse McClellan, il va voler un livre…

Et enfin « Le meilleur des mondes » par Aldous Huxley, où la société divise la population en caste et la génétique se charge de déterminer leur place, leurs caractéristiques et jusqu’à leurs goûts dès leur conception dans l’éprouvette.

zamiatine-nous-autres 9782070368228 9782070415731 1507-1

Et hop trois livres en plus dans votre sacoche. Juste à côté du fouet. Oh et vous ajoutez « Ravage » de René Barjavel, l’agent 006 vous en parle tout le temps ! Vous repérez pour la prochaine fois des livres comme « La Kallocaïne » de Karin Boye, « Les Monades Urbaines » de Robert Silverberg, « La Planète des singes » de Pierre Boule (oui cette planète là), ou encore « Le Prix du danger » de Robert Sheckley qui à largement inspiré « Running Man » de Stephen King. Ces trois derniers ont eu droit à leurs adaptations cinématographiques.

1507-12 9782253072256 jl1474

Venons-en aux romans dystopiques qui se cachent dans les rayons Young Adult. « Hunger Games » et « Divergente » sont là, vous ne les regardez pas trop car vous ne vous êtes pas encore tout à fait remis.

Vous vous dirigez d’abord vers les livres qui ont été adaptés au cinéma. Il y a « Le Labyrinthe » qui est en fait « L’épreuve » de James Dashner, « Le Passeur » de Lois Lowry qui à donné « The Giver » sur grand écran et sa suite qui s’appelle « Le Fils ». Et « La 5ème Vague » de Rick Yancey qui aura droit à son adaptation en 2016. Vous mettez tout ça dans votre sacoche. Heureusement que vous êtes venu à cheval.

hunger-games,-tome-1---hunger-games-337660 Divergente_livre 1507-2 CVT_Le-passeur_9168.jpeg 1507-11

Ensuite vous regardez les têtes de gondoles : « Ici et Maintenant » d’Ann Brashares; « La Sélection » de Kiera Cass; « Promise » de Ally Condie où l’on est promis au mariage selon des critères spécifiques; « Partials » de Dan Wells; « Mystic City » de Theo Lawrence; « Cinder » de Marissa Meyer, version très moderne d’une Cendrillon cyborg; « Birth Marked » de Caragh O’Brien; pour Scott Westerfield on est « Uglies » jusqu’à ses 16 ans et après une opération chirurgicale on passe chez les « Pretties » mais à quel prix ?; « Incarceron » de Catherine Fisher; « Starters » de Lissa Price où les jeunes peuvent louer leur corps à de vieilles personnes; « Gone » de Michael Grant; et bien d’autres. Vous n’avez plus qu’à choisir!

CVT_Ici-et-maintenant_807.jpeg 1507-111 9782266218177 97822661779312 1507-122

Vous passez en caisse, pour le plus grand plaisir du libraire, sortez et accrochez votre sacoche à la selle de votre monture. Sur le chemin du retour vous avez l’impression d’être surveillé, écouté, même vos pensées ne vous semblent plus si intimes… Vous regardez plus attentivement autour de vous et remarquez une affiche placardée un peu partout : Big Brother is watching you.

Publicités

44 réflexions sur “Dystopie, contre-utopie et anti-utopie. Ah c’est la même chose ?

  1. aucoinbouquin dit :

    Tu devrais penser à te faire twitter spécial blog, c’est ce qui rapporte des visiteurs, surtout que le style de tes article est assez différent de ce qui’ a l’habitude de voir, je pense que tu peux en attirer plus d’un 🙂

    J'aime

  2. roxou06 dit :

    J’adore cette chronique 🙂 j’avoue que j’ai plongé il y a peu dans la dystopie est c’est presque addictif ! et finalement, je me rends compte grâce à ta chronique que ce genre est déjà ancien ! ce qui est nouveau c’est donc bien la dystopie young adult ,)

    Aimé par 1 personne

  3. imstillherebitches dit :

    Oh j’aime trop ton article. La façon dont tu le construit. Cependant, si j’avais un petit truc à redire ce serait de mettre un « résumé » pour chaque livre. Enfin je veux dire comme tu as fait pour Promise ou Ugglies ? Tu vois, juste une petite phrase qui résumé l’ambiance. Mais après aller chercher moi-même sur internet c’est pas trop grave 🙂 Hâte de voir le prochain !

    J'aime

  4. Marie des Neiges (the Magical Box) dit :

    Bonjour, je découvre ton blog et je suis ravie par ce premier article que je lis. C’est très intéressant de lire les informations que tu nous donnes concernant le genre dystopique. Et ça fait mon bonheur car c’est un thème que j’aime beaucoup même si j’ai tendance à être de plus en plus déçue. Pour moi, les meilleurs restent Fahrenheit 451, Le meilleur des mondes et 1984.

    Aimé par 1 personne

  5. Cupofbook dit :

    Salut ! Je viens de lire ton article, super intéressant, surtout le petit paragraphe historique sur la naissance de la dystopie en littérature 🙂 Je crois que j’avais les bases, mais il y a pas mal de titres que je ne connaissais pas… Merci d’avoir rempli la sacoche (et la tête) !

    Aimé par 1 personne

  6. girlkissedbyfire dit :

    Le cycle du Passeur, de Lois Lowry comporte en fait 4 tomes ^^

    Merci de me suivre en tout cas, j’espère que tu trouveras des articles qui t’intéresserons ! N’hésite pas à laisser ton avis et à poser des questions !
    Bonne journée et à bientôt !

    Aimé par 1 personne

  7. oliviaweyr dit :

    J’ai marqué sur ma liste les quatre premiers, pour mes prochains achats. Mais pour les autres j’en ai lu quelqu’un et c’est vrai qu’on tombe vite sous le charme de ce sous genre littéraire. Personnellement j’ai beaucoup aimé les deux premiers tomes de Hunger Games, et le premier de Divergente (après ça part un peu en sucette). J’ai eu un énorme coup de coeur pour Incarceron qui est mené de mains de maitre.
    On peut également cité dans la liste Delirium qui est pas mal du tout.

    Aimé par 1 personne

  8. des bulles et des mots dit :

    Merci pour cet article, je découvre ton blog avec cet article et je ne suis pas déçue du voyage. J’ai beaucoup aimé le meilleur des mondes, bizarrement je n’ai pas trop aimé 1984. Après avoir dévoré Hunger games, divergent et délirium je suis un peu lassée par le genre. Peut être que j’y reviendrais plus tard.
    J’ai lu récemment le passeur et j’ai beaucoup aimé le style de Lois Lowry plus mélancolique et moins science-fiction à l’état pur 😉 je conseille donc à ceux qui ne connaitraient pas encore de découvrir ce roman.

    Aimé par 1 personne

  9. Petite Plume dit :

    Ah, les dystopies… ça me rappelle quand on avait fait tout un trimestre sur ça au lycée ^^ J’enregistre les titres que je n’ai pas lu ! 😉
    Par contre j’avais commencé Uglies, je n’ai jamais pu allé au bout de la série, je trouve que les tomes sont trop répétitifs, ça devient un peu ennuyant !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s